Pas de Saint-Jean au parc J-C: la Société nationale de l’Estrie s’explique

Pas de Saint-Jean au parc J-C: la Société nationale de l’Estrie s’explique

CYNTHIA DUBÉ – EstriePlus.com – 1er février 2019

Mercredi, la Société nationale de l’Estrie annonçait le déménagement de la Saint-Jean du parc Jacques-Cartier de Sherbrooke vers le parc de la Gorge de Coaticook. L’annonce a fait énormément réagir sur les médias sociaux et cette décision ne semble pas faire l’unanimité. C’est qu’Animation centre-ville Théâtre Granada avait déposé un projet pour accueillir la fête régionale à Sherbrooke, mais le jury pour les appels de projets a préféré le concept présenté par Coaticook. EstriePlus a contacté l’équipe de la Société nationale de l’Estrie pour mieux comprendre cette décision…

La Société nationale de l’Estrie a été constituée en mars 2015 et s’occupait depuis sa création de l’organisation de la fête régionale (au parc Jacques-Cartier), en plus de remettre les enveloppes d’argent aux fêtes locales du 23 juin (une trentaine en simultané dans la région).

L’automne dernier, l’équipe de la Société annonçait qu’elle ne s’occuperait plus de l’organisation de la fête régionale et que ce ne serait plus nécessairement Sherbrooke qui serait l’hôte de cette fête, puisqu’on allait lancer un appel de projets.

« En fait, il y a chaque année un appel de projets pour les fêtes locales, explique Richard Vachon, directeur de la Société nationale de l’Estrie. Par exemple, les fêtes au parc Chauveau, au parc Victoria et à Brompton reviennent chaque année car ils ont chaque fois un bon projet. Un budget qui varie entre 500 $ et 5 000$ est attribué à chaque fête locale, selon le projet. Mais c’était différent pour la fête régionale qui se déroulait toujours au parc Jacques-Cartier (avec un budget d’un peu plus de 21 600$). »

La fête nationale au parc Jacques-Cartier n’a pas connu le succès espéré au cours des dernières années. L’an dernier, un peu plus de 7 000 personnes y ont pris part, soit à peine 3 000 de plus que la fête nationale locale de l’arrondissement de Brompton. Les quelque 30 fêtes nationales locales qui se déroulent dans différents parcs de la région sont organisées par des comités de quartier. Seule la fête au parc Jacques-Cartier était organisée par la Société nationale de l’Estrie.

Et comment explique-t-on cette absence d’intérêt de la part du public? M. Vachon considère que le manque d’investissement d’argent de la Ville de Sherbrooke est à blâmer. Notons que la Ville de Sherbrooke offre habituellement une enveloppe de 10 000$ plus 6 000$ en services, mais bonifiait cette année le budget de 10 000$.

Coaticook préférée à Sherbrooke

À la suite de l’appel d’offres, deux projets ont été officiellement déposés, soit celui d’Animation centre-ville Théâtre Granada et celui du Parc de la Gorge de Coaticook. La Société nationale de l’Estrie a opté pour le projet de Coaticook. La décision n’était pas prise en fonction du budget alloué par la ville, puisque Coaticook offre un montant d’environ 12 000$, selon M. Vachon.

Et pourquoi avoir préféré Coaticook à Sherbrooke, malgré le bassin de population beaucoup plus important? « C’est vraiment la qualité du projet, répond le directeur de la Société nationale de l’Estrie. À Sherbrooke, l’événement se serait déroulé sur la rue Wellington et tout ce qu’on aurait eu, c’est un spectacle en soirée et un feu d’artifices. Coaticook pour sa part proposait des activités familiales dans la journée, des activités pour les ainés, un spectacle en soirée, un feu de joie et un feu d’artifices. »

EstriePlus a contacté Suzanne-Marie Landry, directrice générale et artistique du Théâtre Granada et à la tête du projet déposé par Animation Sherbrooke, afin de connaitre son opinion sur la décision de la Société nationale de l’Estrie. Celle qui organisera cet été son 152e festival (Sherblues & Folk) indique que la raison qu’on lui a transmise pour expliquer la décision de la Société est bien différente de celle donnée à EstriePlus.

« Animation centre-ville tient 300 événements par année, dont le Sherblues, les Concerts de la Cité, les spectacles au Granada et les grands spectacles à la Place Nikitotek, explique Mme Landry. On a toujours fait des miracles avec de petits budgets! En fait, notre dossier était très étoffé. La seule explication que nous avons reçue de la part de Richard Vachon était qu’il trouvait que notre site n’était pas assez beau (rue Wellington). »

Dans une période où les commerçants du centre-ville de Sherbrooke multiplient les efforts pour attirer la population sur la rue Wellington, est-ce que la Société nationale de l’Estrie aurait dû prendre cette réalité en considération? Non, répond Richard Vachon, précisant que ce n’est aucunement le mandat de la Société nationale.

« Notre mission n’est pas de dynamiser le centre-ville, ni même Sherbrooke, poursuit M. Vachon. Notre mission, c’est d’avoir une belle Fête nationale pour les Estriens. Notre mandat n’est pas sherbrookois, il est régional. »

« Effectivement, indique Mme Landry, ce n’est pas la mission de la Société d’animer notre centre-ville, mais c’est ici qu’on retrouve le bassin de population le plus important de la région. Est-ce que les Sherbrookois vont se déplacer jusqu’à Coaticook pour la Fête nationale? Je ne pense pas, mais ce n’est que mon avis. »

Du côté de la Ville de Sherbrooke, le cabinet du maire Steve Lussier indique que toutes les possibilités sont à l’étude présentement, dans le but d’avoir une fête nationale à Sherbrooke.

 

Post A Comment